« Doutez de tout et surtout de ce que vous allez lire », découvrez le poème : Bouddha

En ces temps saturés de violence et de cynisme beaucoup d’entre nous désertent les principes religieux ne sachant plus à quels saints se vouer. Déroutés par le consumérisme ambiant rythmé par le tube  : « Triple A on n’a plus que ça », certaines et certains ont décidé de sanctifier un dieu « Bouddha » devenu la référence BOBO de notre errance spirituelle. Or, l’homme occidental peut-il gagner cette conquête du détachement suprême pronée par le bouddhisme, alors que son coeur est si souvent empreint du poids de la culpabilité d’être ?

Le poème « Bouddha » est une interrogation sur  cette quête identitaire que nous tentons de solutionner auprès d’autres cultures fuyant  ainsi – à défaut de l’affronter –  la faillite à laquelle nous confronte cette civilisation occidentale que l’on pense déclinante. Alors, faites comme Bouddha : « Doutez de tout et surtout de ce que je vais vous dire. »

BOUDDHA

Est-ce que Bouddha a fait l’amour
Avec une fille qui sent les fruits
Dans un lit qui fait trop de bruit ?

Est-ce que Bouddha a vu cette mère
Pleurer car son fils est seul
Et qu’il ne trouve plus les rues ?

Est-ce que Bouddha a dansé
Sur Marilou danse Reggae
En sirotant un punch glacé ?

Est-ce que Bouddha a pleuré
Quand un homme l’a quitté
Pour une fille qui vit à côté ?

Est-ce que Bouddha est en colère
Quand un enfant délaissé
Porte son fusil en bandoulière ?

Est-ce que Bouddha a relu
Les vers amers de Rimbaud
Savourés souvent trop tôt ?

Est-ce que Bouddha a ressenti
La caresse du printemps
Sur les bancs abrités du vent ?

Est-ce que Bouddha  comprendra
Que si l’on souffre le lundi
C’est qu’on a eu mal le samedi ?

Est-ce que Bouddha m’apprendra 
A ne plus sonner aux portes
Juste pour ne pas être morte ?

J’apprendrai dans ta sagesse 
A adoucir mes détresses
Mais sache que le mal en nous
Existe mais pas pour toujours…

Astrid MANFREDI le 28/03/2012

Et si vous écriviez la suite ?….

About these ads