Découvrez Marie Nouvel une peintre inspirée par le mouvement, celui trouvé tout au fond de soi…

Le jeudi est un bon jour pour ouvrir ses yeux, ne trouvez-vous pas ? J’ai donc pensé que c’était le jour idéal pour vous présenter le travail de la peintre Marie NOUVEL. Marie NOUVEL est une femme passionnée ; à l’évocation de l’art ses yeux se mettent à pétiller et ses gestes se joignent à cette euphorie. Marie est une intuitive du mouvement et c’est donc tout naturellement qu’elle s’est tournée vers la danse mais c’est grâce une rencontre artistique déterminante  – celle avec la grande danseuse et libre-penseuse Isadora DUNCAN – que Marie  s’est emparée d’un pinceau pour retranscrire sur la toile blanche la grande liberté du geste maitrisé. Amoureuse de la couleur, il y a quelque chose d’un Modigliani apaisé dans la peinture de Marie Nouvel, une peinture vibrante de sensibilité et sensualité

LETTRE A ISADORA (un texte écrit par Marie Nouvel)

Isadora, 7 lettres ont suffi à t’immortaliser, à m’insuffler un je ne sais quoi qui raisonne et a pris place en moi, dans ma vie pour toujours. Je ne puis dorénavant dissocier la danse et toi, ton art que tu as porté haut et fort, de l’Amérique à l’Europe pour disparaitre brutalement dans le mouvement des roues dela Bugatiqui te portait vers la romance furtive d’un soir d’été de 1927 à  Nice.

Portrait de Isadora DUNCAN par Marie NOUVEL

Une vie, une force coupée dans son élan, une audace d’âme si affranchie, si libre pour montrer à tout connaisseur l’art de l’esprit de la danse, que tu faisais vivre de tes pieds nus. La danse qui naît sous l’impulsion du cœur et l’inspiration de l’âme, tel le mouvement ondoyant des vagues et celui du vent sur les feuilles, la danse libre de toute structure qui n’obéit qu’aux règles de cette extraordinaire réunification qu’est celle du corps et de l’âme et qui, joyeuse, se manifeste par une gestuelle naturelle et harmonieuse, libre de tout calcul.

Artiste internationale, ton acte de foi dépassait l’art même de la danse, car ta mission visait l’art de vivre où danse et vie se conjuguent pour ne faire qu’un…Un être animé  par la conscience éveillée que son corps n’est que le médium qui véhicule la formidable énergie transmise par la terre qui rejaillit divinement dans l’espace…« L’homme ne peut pas inventer, il peut seulement trouver »…trouver cette énergie qui se traduit par de la grâce qui relève elle, du divin, autrement nommé l’esprit de la danse.

Cette phrase me poursuit, et je l’ai faite mienne. Elle me porte et me transporte dans le courant de ma vie, bouleversée que je suis par ton histoire, je ne peux que te rendre cet humble hommage pictural, cherchant de ci de là par le biais d’une forme ou d’une couleur, la réponse à l’immense héritage que tu nous as laissées, nous danseuses à nos heures perdues et moi peintre inconnue, qui essaye modestement au gré de ces quelques esquisses, de marquer ton mouvement au pinceau, tentant de cristalliser ta mémoire et de capter ton énergie, pensant à la famille céleste où probablement de nombreux de tes héritiers t’ont rejointe pour danser là haut…C’est aussi, à travers toi, un pied de nez au caractère éphémère de cet art que ce témoignage pictural, et rendre à la postérité l’harmonie frémissante et rayonnante que tu as bien voulu apporter à la danse qui elle, te doit beaucoup. Isadora, ce message est pour toi, au nom de toutes les vestales en devenir de la danse de l’avenir, libres et joyeuses, merci !

Publicités