« Kill Kill Faster Faster » de Joel Rose : un vrai roman noir made in USA qui pue le gin et la romance

« KILL KILL FASTER FASTER » DE JOEL ROSE

1ère de couverture « Kill Kill Faster Faster » écrit par Joel Rose – Editions La manufacture des livres.

 

« Vous avez lu l´histoire de
Joey One-Way
Comment il vécut
Ça vous a plus hein
Vous en d´mandez encore
Et bien
Ecoutez l´histoire
De Joey One-Way qu’a une petite amie, elle est belle et son prénom c’est Flower… »

Un roman qui  pourrait commencer comme une chanson de Gainsbarre, un long slam mal poli, l’histoire de Joey One-Way, un  type encore beau gosse qui sort de taule et joue sa vie en sens interdit, un type qu’est écrivain pour le cinoche mais qu’aime pas les écrivains. L’histoire de Joey One-Way. Une histoire d’amérique, de vieux tubes de Gun‘s and Roses, de bad trip et d’héroine dans des veines bousillées. Une histoire de cul qui plane sur les buildings, une histoire de cul triste et belle. L’histoire de Joey One-Way entre barreaux et terre promise. Pas d’éclaircies dans  la vie de Joey, mais la colère rouge, des balles dans le buffet  et la ville qui s’en tape. Tout fout le camp dans la vie de Joey, la rédemption c’est pas au programme, la seconde chance c’est pas pour les anges noirs.

Ecrivain, journaliste au New-York Times et scénariste, Joel Rose nous envoie en l’air avec sa prose admirablement traduite par deux traductrices très inspirées. Joel Rose ne fait pas dans la dentelle, ni le point de croix. Son verbe heurte, capture, choque, coupe le sifflet. S’affranchissant des règles romanesques de grand père, il réinvente une narration à bout de souffle, moite comme l’intimité d’une fille de joie. King du kidnapping littéraire, esthète de la destruction, Joel Rose est un romancier qui vandalise le bonheur, un romancier qui sait dire comme peu ces destinées prises au piège entre les cuisses des femmes.

Un roman d’été qui ne vous tombera pas des mains, prendra le soleil sur la plage et vous torturera la libido. Un roman d’été qui donne comme une envie de partir sur la route, destination la cité des anges qui pue le gin et la romance. Un vrai roman américain, mélancolique, poisseux, plus cul que cul-cul fait pour vous poursuivre l’arrière train. Une littérature en état d’urgence. Remarquable.

Astrid MANFREDI, le 15/07/2012

Un grand merci à la Librairie comme un roman pour m’avoir conseillé ce livre qui fait le beau dans ma sélection des livres de l’été (voir article « Quels romans pour votre sac de plage ? »)

Informations pratiques :
Auteur : Joel Rose
Nombre  de pages : 206
Editeur :  La manufacture des livres
Traduit de l’anglais par : Nathalie Beunat et Laetitia Devaux
Prix France TTC : 18,90 euros

Publicités