novembre 19

« Chroniques d’un patachon » de Pierre de Régnier : plus rien ne s’oppose à la nuit …

« Chroniques d’un patachon » de Pierre de Régnier aux Editions de la Table Ronde

« L’air rempli de fumées, de parfums, était épais et bleu comme une drogue inconnue qui vous intoxiquait au point d’y revenir tous les soirs … » Pierre de Régnier

1ère de couverture "Chroniques d'un patachon" de Pierre de Régnier aux Editions de la Table Ronde

1ère de couverture « Chroniques d’un patachon » de Pierre de Régnier aux Editions de la Table Ronde


Pierre de Régnier
était un fils de la nuit
. Il en fit sa vie et ce crépuscule finit par l’emporter dans son grand manteau de chagrin sablé au champagne. La nuit parisienne il en fut aussi le témoin sceptique et la chroniqua autant que l’illustra de 1930 à 1935 pour l’hebdomadaire Gringoire et c’est ce recueil justement intitulé «Chroniques d’un patachon»  que nous propose pour cette rentrée littéraire les Editions de la Table Ronde. Un étourdissement ininterrompu que Pierre de Régnier quêta pour mieux oublier sa filiation douloureuse car s’il porte le nom d’Henri de Régnier la rumeur prétend que son véritable père était l’auteur érotique Pierre Louÿs.

Au cœur de ses chroniques tout un écheveau de rendez-vous mondains qui semblent se dupliquer à l’infini pour composer une fresque hallucinatoire et mélancolique. Invité dans tous les endroits où il faut se montrer, toujours un verre à la main, il est tantôt encore ivre de la veille sur le champ de courses de Chantilly, nauséeux dans un train fantôme pour Deauville, ou observateur désinvolte des grandes heures du music-hall parisien. Rien n’échappe à sa sagacité qu’il émaille de dérision et de romance inquiète. Car à le lire c’est déjà le déclin d’un certain art de vivre qui s’invite durant ces cinq années où la fête canaille de la belle époque et le panache des années folles ne sont plus qu’un mirage. Ondulant entre deux rives sur le dancing d’une boite à la mode, il décrypte la vacuité du sérail des noctambules qui se croisent sans se rencontrer et errent titubants sous la lumière mauve du petit jour. Amoureux d’un Paris qu’il peine à quitter alors même que l’été lance son invitation à prendre le large, il en évoque la nuance des saisons avec la délicatesse de ceux qui ressentent la versification d’un clair de lune et choisit d’épouser le désenchantement d’une ville qui si elle n’est déjà plus que l’ombre d’elle-même fredonne encore de rares partitions enchantées.

Mais au-delà de cette déambulation de clown blanc, Pierre de Régnier sut aussi avec l’infinie sensibilité qui le traverse, restituer  le talent des artistes de son époque et sous sa plume sensitive les déhanchés de Joséphine Baker ou de Mistinguett, la tragédie des chanteuses des rues ou encore les entrechats des ballets russes deviennent des instantanés de délicatesse et d’émotion. Pierre de Régnier mourut jeune, vaincu par ses excès et convalescent de ses bleus à l’âme et ses papiers pour Gringoire témoignent de la joyeuse ou triste solitude de ceux qui pourchassent la fête à toute allure pour mieux trinquer à la débâcle des étoiles.

Journal de bord d’un Dandy qui porta le smoking en toutes circonstances, « Les chroniques d’un patachon » sont un pur moment d’insomnie littéraire et je ne peux que vous invitez à célébrer cette éternelle nuit blanche un verre à la main, sous le ciel de Paris. N’arrêtons pas la musique …

Astrid Manfredi, le 06/11/2014

Informations pratiques :
Titre : Chroniques d’un patachon
Auteur : Pierre de Régnier
Editeur : La Table Ronde
Nombre de pages : 381
Prix France : 19 euros

Photo de l'auteur

Photo de l’auteur

Publicités