Bertrand, c’est ainsi que je me prénomme. Mon nom de famille ne vous regarde pas. Le soir après le boulot, je passe boire un petit pastis avec les copains. Pas trop longtemps, pas trop d’ivresse, c’est juste histoire de les saluer, de prendre le pouls de ma ville, d’écouter les brèves de comptoir et de rêver à des jours meilleurs. Après l’apéro je rentre chez moi et je retrouve ma famille. Ma femme et mes deux fils. Je les aime sans plus d’explications. Je m’inquiète pour mes fils car ils ne trouvent pas de boulot. Là où j’habite en Picardie le boulot se fait rare, c’est devenu comme ça au fil des décennies et personne n’a jamais voulu y changer quelque chose. Deux samedis par mois j’aime aller manger une pizza en famille. Depuis 2 ans nous ne prenons plus de dessert, simplement une pizza et un café. Il parait que c’est normal et qu’il faudrait voir à ne pas se plaindre parce qu’il y a la guerre et des gens qui meurent de faim dans le monde. Sauf que j’y peux rien et ma famille non plus. Sauf qu’avec ma famille avant on pouvait parfois s’offrir un bain de mer là où il fait chaud, c’est à dire ailleurs que dans les Flandres où les plaintes du vent faisaient chialer Jacques Brel.
J’ai le même boulot depuis 25 ans, je fais du plâtre et du ciment, je bâtis avec mes mains de belles maisons qui tiendront le coup car j’aime le travail bien fait. Je tiens ça de mon père. Dans la famille on a le sens de l’honneur et le respect de nos clients. J’embauche deux salariés à temps plein, j’en emploie deux autres que je paye au noir. Je suis contre mais je ne peux pas faire autrement. Je crois que mes salariés m’estiment et c’est déjà beaucoup. En plus de mes salariés je paye des charges vertigineuses à en choper des phobies administratives. Jusqu’à aujourd’hui j’ai toujours payé ce que je devais. Bientôt, je ne pourrai plus. Bientôt, je vais devoir mettre la clé sous la porte.
Je ne suis pas en colère, ce n’est pas ma nature, mais je suis fatigué. Fatigué d’être ignoré, fatigué d’être montré du doigt, fatigué qu’à ma classe soit scellés les termes facho, raciste, beauf, et j’en passe. Non, au-dessus de ma télé vous ne verrez pas la photo du chien mais une jolie reproduction des tournesols de Van Gogh. Non, dans ma bibliothèque vous ne trouverez pas les mémoires de la famille Le Pen mais les poèmes d’Eluard et de Prévert. Non, je ne mange pas de la viande tous les jours en me léchant les doigts comme un clébard mal éduqué. Non, mes gamins ne passent pas leur temps libre devant leurs consoles de jeux en enfournant des chips saturées d’huile de palme. A les écouter, je nourrirai du ressentiment. Je ne suis pas un imbécile, des riches et des pauvres je sais qu’il y en aura toujours. Mais avant je n’étais pas pauvre, pourquoi le suis-je devenu ? A la télé, j’ai appris que notre Président avait fait un cadeau fiscal de milliards d’euros aux plus aisés d’entre nous et aux grandes entreprises, un cadeau sans contrepartie. Et il faudrait trouver ça normal. Mais plus personne ne trouve ça normal, mis à part les concernés, sans doute.
Voilà, je suis Bertrand et mon nom de famille ne vous regarde pas. Je suis un français moyen et j’ai la conscience de ma classe. Aujourd’hui, alors que la Picardie ploie sous le froid et que s’éteignent les voix des derniers ouvriers, je voudrai vous dire cela : Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. Ce n’est pas de moi mais de Paul Eluard. Pour qu’enfin nous autres les prolos, les ploucs, les plâtriers, les lecteurs de Télé Z, les spectateurs de TF1, les qui pleurent sur les bottes de Johnny, les nostalgiques de Delpech et d’un Dieu fumeur de gitanes, les blouses tâchées de cambouis, les caissières aux doigts engourdis et les paysans suicidaires, nous puissions à nouveau ouvrir notre parasol quand vient l’été.
Astrid MANFREDI, copyright tous droits réservés, le 18 novembre 2018
Publicités

0 comments on “Découvrez mon texte : Français moyen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :