Saison 2012-2013 au Théâtre National de Chaillot : entre engagement et partage dans le sillage de Jean Vilar

UNE NOUVELLE SAISON ENGAGEE SOUS L’OEIL DE JEAN VILAR

Image 1ère de couverture de la nouvelle saison 2012-2013 du Théâtre National de Chaillot

9 mai 2012, assoiffée de culture et de danse la foule se pressait au Théâtre de Chaillot pour assister à la soirée dédiée à la nouvelle saison 2012-2013. Une soirée placée sous le signe de Jean Vilar, dont  l’année 2012 marque le centenaire de la naissance. Dans le respect de l’esprit exigent et combatif de celui qui assura pendant 12 ans la Direction de Chaillot, la nouvelle programmation est tournée vers le partage mais aussi l’ouverture  grâce à l’ingénieuse passerelle prévue avec le Centre National de la Danse.  Le Vœu pieu de Jean Vilar semble ainsi exaucé, lui qui toute sa vie tenta de faire aimer le théâtre au plus grand nombre. Denis Podalydés a rendu un hommage vibrant à ce grand visionnaire en  lisant quelques extraits de ses réflexions sur l’engagement théâtral.

« Quand on aime on ne compte pas », un adage dont s’inspire  la saison à venir en  programmant pas moins de 53 spectacles. De quoi nous en mettre plein la vue, nous donner à réfléchir, danser, voir. Un vent neuf et revigorant  souffle déjà sur Chaillot, qui en complément de ses activités de diffusion et production invite à résidence des artistes venus d’ici ou d’ailleurs afin d’enrichir l’offre culturelle.

 Parmi les temps forts, on retiendra :

  Pour les amateurs de danse contemporaine et de grands spectacles :

– Du 7 au 10 novembre 2012 : la trop rare Catherine Diverrès dans Stances II + ô Sensei,

– Du 6 au 18 décembre 2012 : Philippe Découflé pour la reprise d’Octopus et sa relecture du Boléro de Ravel,

– Du 11 janvier au 8 février 2013 : José Montalvo et le spectacle Trocadéro qui retrouvera Patrice Thibaud autour du geste de la Commedia dell’arte et des danses urbaines,

– Du 13 au 15 février 2013 : Alban Richard ensemble l’Abrupt (artiste à résidence) avec le spectacle Pleiades accompagné des percussions de Strasbourg,

– Du 6 au 15 juin 2013 : Le Béjart Ballet Lausanne avec Light. L’occasion pour Chaillot de rendre hommage à Béjart, premier chorégraphe invité par Jean Vilar.

Pour les grands et les petits rats de l’opéra contemporain

–  Du 8 au 10 novembre 2012 : Emilio Calcagno, célèbre  interprète d’Angelin Preljocaj, met en danse à sa façon Peau d’Ane.

– Du 29 novembre au 1er décembre 2012 : Maguy Marin et le ballet de l’Opéra de  Lyon avec le  conte revisité de Cendrillon

–  Du 6 au 7 mars 2013 : Marion Muzac et Rachel Garcia pour le Sucre du Printemps, spectacle regroupant une trentaine d’adolescents choisis parmi le public de Chaillot et du Centre National de la Danse,

Pour les théâtreux et théâtreuses insatiables de mots et de sens :

– Du 17 au 26 octobre 2012 : Arpad Schilling, grand décentralisateur du théâtre hongrois met en scène Neoplanète, création née du chaos ambiant inspirée des écrits de Vilar,

– Du 1er au 28 février 2013 : Denis Podalydès avec le texte « L’homme qui se hait » nous dira l’errance et les malentendus,

–  Du 19 au 29 mars 2013 : Wajdi Mouawad à nouveau à l’honneur mais cette fois-ci seul en scène, nous fera découvrir son texte « Seuls ».

Pour celles et ceux qui voyagent vers d’autres mondes et d’autres gestes :

–  Du 16 au 28 avril 2013 : Le festival  «Sur les frontières » rendra hommage au Moyen Orient notamment grâce à la compagnie Israélienne Batsheva Dance Compagny qui nous réserve un tourbillon de gestes, sons et images,

–  Du 19 au 29 juin 2013 : Le festival « Biennale d’art flamenco » en collaboration avec celle de Séville fera voleter les jupons des filles et peut-être des garçons…

Enfin, pour toutes et tous, n’oubliez pas de vous rendre aux 3 Bals de Chaillot dont le premier en décembre 2012 vous fera danser sur Serge Gainsbourg. Prévoyez vos Repettos blanches et Blue jeans.

Un programme éclectique, foisonnant, engagé, qui chamboulera votre Art d’être spectateur vous attend donc à Chaillot à partir de septembre 2012.  N’ayez aucune hésitation et entrez d’ores et déjà dans la danse universelle, de celle dont Béjart disait « qu’elle seule peut nous livrer l’essentiel des mythes ». Vous pouvez également retrouver cette chronique sur le site toutelaculture.com.


Publicités